15 février 2008

OdE

Retrouvé sur un disque dur, OdE est un poème a lire à haute voix, 19 septembre 2005

"Plus ne m'est rien" a dit un con
qui acceptait de renoncer, d'abandonner et de dire non
Il savait, oui comprenait pourquoi je parle,
pourquoi je ne serais jamais à tes pieds
oui et pourquoi j'utiliserai
dix s'il en faut cent s'il le faut plus qu'il n'en faut
mille et un de plus pour rire encore de tes défauts
pour aimer tes accrocs
pour m'amuser de ta futilité jusqu'à devoir jusqu'à genoux prier pour la facilité prier pour nous, prier pour "nous"

deviens ma joie écris ma loi
Laisse pas la sagesse t'embaumer
arrête de penser à tes pieds
regarde au loin cette silhouet' double qui se découpe sur l'horizon
qui ça peut être ? le saura t-on ?
non sûrement pas le mystère plane, sur ce couple que le soleil qui s'en va
cache à la vue ne révèle pas dévoile à peine, est-ce dans mes bras ?
un avenir un peu plus joli
hors du trou qu'tu t'es creusé, aïe pour le coup faudra oser
sortir le nez de ces choses là.
et devenir ma joie.

Pleurer encore de ces combats que je ne peux pas gagner.
donne à demain le bénéfice de ton ignorance
laisse le temps te prouver que la vie sans moi elle est rance, elle est d'errances
et qu'au creux de ton cou, en quelques mots nous rendrons fous
la terre entière qui pliera sous ton verbe, et sous ma verve cette fois ci,
ta volonté sera flétrie !

deviens ma joie écris ma loi
Laisse pas la sagesse t'embaumer
arrête de penser à tes pieds
regarde au loin cette silhouet' double qui se découpe sur l'horizon
qui ça peut être ? le saura t-on ?
non sûrement pas le mystère plane, sur ce couple que le soleil qui s'en va
cache à la vue ne révèle pas dévoile à peine, est-ce dans mes bras ?
un avenir un peu plus joli
hors du trou qu'tu t'es creusé, aïe pour le coup faudra oser
sortir le nez de ces choses là.
et devenir ma joie.

Le ciel est bleu les oiseaux volent
j'ai l'air serein mon coeur s'affole,
et toujours bleu et toujours volent,
je veux changer j'en ai ras le bol je veux te prendre dans mes bras et obéir à mes envies
échanges mon chaud contre ton froid et cesses de dire "c'est ça la vie"
si à ton âge tu subis sans vouloir poser de questions, alors attend tes 40 ans
tu seras déjà "vieux croûton"
Donne à mes larmes la valeur du diamant, comme je donne à ton sourire celle de celui des enfants

deviens ma joie écris ma loi
Laisse pas la sagesse t'embaumer
arrête de penser à tes pieds
regarde au loin cette silhouet' double qui se découpe sur l'horizon
qui ça peut être ? le saura t-on ?
non sûrement pas le mystère plane, sur ce couple que le soleil qui s'en va
cache à la vue ne révèle pas dévoile à peine, est-ce dans mes bras ?
un avenir un peu plus joli
hors du trou qu'tu t'es creusé, aïe pour le coup faudra oser
sortir le nez de ces choses là.
et devenir ma joie.

et devenir ma joie et devenir ma joie et revenir à moi faire résonner en moi les échos de ta voix...

Posté par OssK à 03:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur OdE

Nouveau commentaire