16 septembre 2008

Ne pleure de joie à la victoire que celui qui connaît l'amertume de la défaite Ne peut jouir pleinement de la vie que celui qui a regardé la mort en face. Le bonheur est-ce de se satisfaire du moment présent quel qu'il soit ? Cela sembla à la fois simple et compliqué. Takehiko Inoué
Posté par OssK à 02:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 août 2008

You are too concerned with what was and what will be, there is a saying: «Yesterday is history, tomorrow is a mystery, but today is a gift. That is why it is called the present. »
Posté par OssK à 17:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
14 août 2008

Ce siècle avait deux ans ! Gomorrhe remplaçait Paris, Déjà Napoléon perçait sous Sarkozy, Et du président, déjà, par maint endroit, Le front de l'empereur brisait le masque étroit.
Posté par OssK à 17:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
15 février 2008

OdE

Retrouvé sur un disque dur, OdE est un poème a lire à haute voix, 19 septembre 2005 "Plus ne m'est rien" a dit un con qui acceptait de renoncer, d'abandonner et de dire non Il savait, oui comprenait pourquoi je parle, pourquoi je ne serais jamais à tes pieds oui et pourquoi j'utiliserai dix s'il en faut cent s'il le faut plus qu'il n'en faut mille et un de plus pour rire encore de tes défauts pour aimer tes accrocs pour m'amuser de ta futilité jusqu'à devoir jusqu'à genoux prier pour la facilité prier pour nous, prier... [Lire la suite]
Posté par OssK à 03:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 février 2008

Je suis lui

Je suis l'homme qui une nuit se fit poème, sis éclairé ici à demi trop, moitié dans l'ombre. Dessiner les écluses du canal saint martin, Laisser les vers aller au vent au rythme doux des pensés caressant les ridules de la surface, pensés profondes noires puis blanches au rythme insaisissable des lampadaires les plus beaux ne s'écrivent pas seuls, moi je suis l'homme qui se fit poème. .
Posté par OssK à 03:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 janvier 2008

Maraud! Fanquin! Butor de pied Plat ridicule!

Ces grands airs arrogants ! Un hobereau qui n'a même pas de gants ? Et qui sort sans boufettes ? Sans Ruban et sans ganses ? Moi c'est moralement que j'ai mes élégances, je ne m'attife pas ainsi qu'un freluquet... Mais je suis plus soigné si je suis moins coquet. [...] Je n'ai pas de gants, la belle affaire... Il m'en restait un seul d'une très vieille paire, lequel m'était d'ailleurs fort importun, je l'ai laissé dans le figure de quelqu'un.
Posté par OssK à 15:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]