30 novembre 2008

Les défauts chroniques de la lune noire

9782205059601FS

Pourquoi j'ai acheté le dernier tome des chroniques de la lune noire alors que je savais qu'il allait être mauvais ?
Bonne question, mais je vous avoue qu'elle se posait à moi tous les quelques mois/ans quand les derniers tomes sortaient... Pourquoi je continue à les acheter ?

Parce que je veux connaître la fin, je veux voir jusqu'où il ira, parce que je voulais savoir qui était ce personnage mystérieux autour duquel gravite un monde entier, le chevalier devenu empereur.
Alors résultat forcément je suis déçu, parce qu'aucun élément n'explique le twist scénaristique de la fin du 13, et en fait, Whismerill est... ah bah non, on va pas vous le dire, c'est pas comme si vous aviez attendu 14 tomes pour qu'on vous cale du long du là du pendant ce temps, du réchauffé de soupe qu'on a déjà vu (les batailles rangées, les scènes sensuelles... réchauffé)...
Même chose pour le baron de Moork, même chose pour le père de Whismerill...

Le soucis de cette saga c'est en fait son échelle, le héros, les héros étaient confrontés à des aventures, des défis, et grandissaient. Un cliché de BD jeu-de-rôlistique mais plutôt efficace. Jusqu'au tome 9 environ. Passé celui là, les éléments en jeu sont devenu si puissants que Froideval a passé son temps à nous conter du grand combat à une échelle si grande, que ces personnage auxquels on s'était attaché à travers leurs (més)aventures sont invisibles à l'œil nu. Leurs actes sont minimes, il veut aussi continuer à tous les suivre, ce qui donne lieu à des "et pendant ce temps Murata fait des trucs inutiles mais faut bien qu'il fasse quelque chose..."

En fait, depuis le 9 donc j'avais arrêté d'en attendre quelque chose, et puis au 13... Miracle ! Allé Lou y'à des des nouvelles couleurs qui mettent en valeur les dessins de Pontet, qui m'avaient jusque là dégoutté mais que j'ai adoré dans cet avant-dernier tome ! Ouai du move, des personnages qu'on aime et qui recommencent à avoir des histoires plus intimistes entre eux dans lesquels se dénouent les intrications scénaristiques... Et puis au 14, rebelote, on repart dans les même clichés de grandes batailles, d'éléments décousus, de machins qui servent à rien, ce qui permet de passer le temps pour vous resservir de l'arcane de la lune noire et du Methatron, et du je ne sais quoi d'autre... Vous avez attendu bientôt 20 ans (oui, 1989 le signe des ténèbres...) vous reprendrez bien du dessert.

Enfin, un bon point ? Euh, oui... L'action se recentre autour de la lune noire, et on comprend vaguement pourquoi la série portait ce nom... Mais c'est bien la seule chose qu'on nous révèle dans ce dernier tome...

Ah, et petite note à l'éditeur, la prochaine fois que vous me vendez une édition limitée spécial tirage de le dernier tome, essayez de faire au moins un peu semblant qu'il est spécial... Là j'ai beau chercher le dernier tome est exactement pareil que l'avant dernier...

Prochain tome sur ma liste noire qu'il faut que j'achète: le second tome du cycle Jolan des Thorgal: le bouclier de Thor, qui manque lui aussi de puissance, mais j'ai cru voir un nouveau souffle intéressant dans le tome "Moi Jolan" je vais donc acheter (dès que j'aurais 12€ de côté) ce nouveau tome.

Dans la série des suites pas décevantes, foncez sur le nouveau complainte des landes perdues (qui m'a été offert par Monadorée) et le nouveau sambre qui sont des bombes atomiques!

Posté par OssK à 20:08 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Les défauts chroniques de la lune noire

  • attends mec, ce qui est bien c'est quand même ça clot bien l'univers
    (metathron fasciste : et vous vivrez sous un dieu unique hop hop)
    (la lune noire est en fait une doomsday machine ! )
    (et puis franchement y'a quand même des trucs mega fendards qui rappellent qu'à une époque les chroniques c'était beau, sanglant et AUSSI drole parceque les jeux de roles c'est aussi ça :

    toutes les scènes avec les dragons.
    "vous vous rappelez le contrat qui nous liait à vous jusqu'à la fin des temps ?
    -oui
    - et ben c'est la fin des temps, burn motherfucker.
    )

    c'est quand même du The roof is on fire !
    et tous les dragons qui passent le (dark) portail (warcraft, quelqu'un ?) ça veut quand même dire qu'ils sont chez nous :p

    avec l'inoubliable réplique de Whismerill quand tous les dragons de la terre débarque : euh ben, allez y.
    juste parceque personne peut test contre les draak.

    i say !

    Posté par norkhat, 02 décembre 2008 à 13:23 | | Répondre
Nouveau commentaire